Made by HDC

Revue Intervalles no 107: Les Gallo-Romains dans la Suisse du Nord-Ouest

C’est avec beau­coup de plaisir que nous avons réalisé le dernier numéro de la revue Intervalles consa­crée aux Gallo-Romains dans la Suisse du Nord-Ouest. On vous pré­sente cette der­nière réa­li­sa­tion… du point de vue du client et du notre.

Francis Steulet et le no 107

Du côté d’Intervalles

La revue Intervalles no 107

  • Francis Steulet, vous annon­ciez votre départ du comité d’Intervalles l’an dernier, qu’est-ce qui vous a donné envie de vous lancer dans ce nouveau numéro ?
    Bien que n’étant plus membre du comité, je suis encore invité aux séances. En raison du retard enre­gis­tré dans la réa­li­sa­tion du projet «Jules Blancpain», il man­quait en fait un numéro. De tout temps, mon prin­ci­pal souci avait été le respect des délais dans la paru­tion de trois numéros par année.
    Or, le pho­to­graphe de presse retrai­té Marcel Gerber, de Moutier, un ancien typo comme moi, avait comme hobby pho­to­gra­phié de nom­breux site gallo-romains dans les cantons de la Suisse du Nord-Ouest. Estimant que nous aurions là un thème inté­res­sant à pré­sen­ter, je l’ai contac­té et il m’a fourni sa col­lec­tion. Nous en avons extrait un bon nombre de prises de vue inédites, pouvant former la base d’un bon numéro.
  • Qu’est-ce qui vous a plu dans cette thé­ma­tique des Gallo-Romains ?
    En com­plé­ment de «l’ossature» de base du projet, les com­plé­ments appor­tés par Jean-Christophe Méroz: les noms des lieux régio­naux et la pré­sen­ta­tion de l’exposition «Petinesca» au NMB Nouveau Musée Bienne. Ils s’intègrent par­fai­te­ment dans le thème et apportent un com­plé­ment his­to­rique qui bonifie le numéro.

La col­la­bo­ra­tion avec HDC

  • Intervalles confie la réa­li­sa­tion de ses revues à HDC depuis de nom­breuses années, mais vous rappelez-vous comment cette col­la­bo­ra­tion avait com­men­cée ?
    Pour rappel, la revue Intervalles avait été impri­mée en type, dès le début en 1981, durant 14 ans à l’Imprimerie du Progrès à Tramelan. Nous avons ensuite confié l’impression à Ediprim, pour des raisons de coût d’impression plus inté­res­santes. C’est à cette époque que la col­la­bo­ra­tion avec Jean-Marie Hotz a débuté, car il a pris en charge la concep­tion gra­phique (à l’époque HDC s’appelait encore Hotz Concept Produit). La litho­gra­phie était confiée à l’époque à Actual, puis HDC a pris en charge l’ensemble de la réa­li­sa­tion gra­phique.
  • Aviez-vous des attentes par­ti­cu­lières avant de vous lancer dans la réa­li­sa­tion de ce numéro avec nous ? Comment trouvez-vous le résul­tat ?
    Pas d’attentes par­ti­cu­lières. Après des années de col­la­bo­ra­tion avec Jean-Marie – qui a reconnu un thème valable pour un numéro lors de la remise de ma maquette – je savais par expé­rience que HDC allait pré­sen­ter un «produit» impec­cable, ce qui est le cas.
  • A qui avez-vous eu à faire chez nous ? Comment s’est passée cette nou­velle col­la­bo­ra­tion ?
    J’ai prin­ci­pa­le­ment été en contact avec Jean-Marie Hotz. Mais je sais que c’est Corinne Vermot et Michaël Konrad qui ont fait le plus gros du travail de mise en page.
  • Comme nous l’avons dit plus haut, ce n’est pas votre pre­mière col­la­bo­ra­tion avec HDC sur une revue Intervalles. Quel est le moment du projet que vous pré­fé­rez ?
    La pré­sen­ta­tion du projet, avec remise d’une maquette, suivie de la dis­cus­sion sur la qualité des illus­tra­tions, le pla­ce­ment des textes, le choix de la cou­ver­ture.
  • Pour quelle raison nous recommanderiez-vous à d’autres per­sonnes ?
    Le domaine de l’imprimerie a subi une pro­fonde révo­lu­tion au cours des der­nières décen­nies. L’évolution se pour­suit, avec la décou­verte de nou­veaux moyens de pro­duc­tion tou­jours plus per­for­mants. Par la qualité de ses réa­li­sa­tions, HDC montre qu’il s’est adapté à cette pro­gres­sion. Il s’est hissé à la pointe de l’industrie gra­phique, en offrant des pro­duits d’une qualité impec­cable.

Du côté des typographes

  • Corinne, quelle a été l’aspect le plus épineux du projet ?
    Michaël a du faire un grand travail de scan­nage d’images car beau­coup d’entre-elles étaient des pho­to­gra­phies papier. Ensuite notre équipe de litho s’est occupée de les « net­toyer » pour que le résul­tat soit de bonne qualité.
    Francis Steulet nous a donné une maquette papier de son numéro que nous avons du ras­sem­bler et réalisé à l’écran.
    Comme il s’agit d’un numéro d’histoire, les vas et viens sont à éviter. C’est impor­tant que la chro­no­lo­gie soit res­pec­tée.
    Une autre sub­ti­li­té était d’associer les bonnes images aux bons textes. Cela semble évident, mais ce n’est pas tou­jours facile de s’y retrou­ver quand on n’est pas archéo­logues. Ca demande d’avoir l’œil atten­tif.
  • Y a-t-il eu d’autres pro­po­si­tions de visuel ?
    Bien sûr. D’ailleurs, nous faisons tou­jours plu­sieurs essais avant de décider. Sur ce numéro par exemple, il y en a eu trois : La pre­mière était une sug­ges­tion de Francis Steulet. L’idée était d’avoir une mosaïque regrou­pant plu­sieurs photos. Nous avons fait ensuite un essai avec un dessin, c’était la pro­po­si­tion que je pré­fé­rais mais fina­le­ment le choix a été arrêté sur la photo des ves­tiges. Et nous avons aussi choisi d’utiliser le jaune plutôt que le vert comme couleur de l’année 2017.

Pour découvrir notre travail plus en détail

Le no 107 de la revue Intervalles «Les Gallo-Romains dans la Suisse du Nord-Ouest» est dis­po­nible sur le site Intervalles.

N’hésitez pas à nous contac­ter si vous sou­hai­tez plus d’informations.

Partager cet article